En découvrant le restaurant , en s’y installant, on a ce sentiment immédiat d’un confort qui enrobe, qui protège, qui ouvre l’imaginaire. Vous voilà dans un wagon de l’Orient Express, peut-être même dans le salon d’un Nautilus contemporain.
Prêt pour un voyage immobile qui laisse tout à la fois dans la ville et loin d’elle. Un décor intime sans être intimidant, complice et réconfortant avec les cuivres oxydés, les velours, les lampes particulières, l’onyx vert mieux que des nappes, le sens du détail, le galuchat des couteaux en laiton, la céramique des assiettes, ce rideau qui dévoile une table secrète, la verrière qui invite au ciel comme une pluie et la cuisine large, ouverte, comme une cabine de commande, comme un petit théâtre dans le théâtre.

En collaboration avec Hugo Toro
Crédits photos : Leny Gueta et Benoît Linero

Retour haut de page